Samedi 10 Septembre

par Daniel Stocky

Psaume 4:1 : “Au chef des chantres. Avec instruments à cordes. Psaume de David. Quand je crie, réponds-moi, Dieu de ma justice! Quand je suis dans la détresse, sauve-moi! Aie pitié de moi, écoute ma prière !”

La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille, dire cela n’est pas un manque de foi, juste une bonne compréhension du monde dans lequel nous vivons. David a connu bien des déboires, alors qu’il avait été oint roi de par la volonté même de Dieu, il a connu bien des situations où il a frôlé la mort plus d’une fois. Il a, au travers de ces moments de sa vie, développé un bon réflexe, celui de chercher en Dieu son secours.

Chercher le secours de Dieu ne doit pas se résumer à s’attendre à ce qu’Il vienne résoudre le problème du moment, éliminer cette situation qui nous accable, mais nous devons développer au travers de ces moments de défi une capacité à voir des choses se faire là où cela paraissait impossible.

Je ne peux m’empêcher de rapprocher cette prière de David avec le passage de la vie de Jésus que nous lisons dans Matthieu 9, 18-26. D’abord, alors que Jésus enseignait, Il est interrompu par un père dont la fille est malade, puis alors qu’Il est en route, Il est bousculé par la foule puis Il est interrompu par la femme à la perte de sang qui voulait prendre pour elle la puissance qui était en Lui. Pourquoi ce parallèle ? Car je trouve qu’il illustre bien que Jésus avait une vie comme nous. Nous sommes en train de faire ou de vivre quelque chose et voilà que des circonstances extérieures nous poussent à devoir changer nos plans. De plus parfois la vie nous bouscule et on nous demande quelque chose pour laquelle nous n’étions peut-être pas préparés ni disposés à répondre. Mais je vois que même dans ces conditions Jésus a porté du fruit. Non seulement la femme qui a touché son vêtement a été guérie dans un contexte où Jésus était bousculé et occupé à faire autre chose, mais en plus la fille aussi a également été guérie.

Ne devrions-nous pas vivre à l’image de Jésus ?

Et si les choses de ma vie ne se déroulent pas comme je le souhaite, et si les circonstances extérieures viennent perturber ma vie, mes plans et mes projets, est-ce que je porte le fruit que Dieu attend de moi ? Ou suis-je juste en train de me plaindre et de rejeter la faute sur les autres ou les circonstances ? Suis-je prêt à considérer que les changements de plans, les perturbations et les bousculades de la vie sont des terrains sur lesquels Dieu peut m’utiliser pour bénir d’autres ?

En cette journée, prions pour que dans nos défis, dans les perturbations et les inévitables bousculades de la vie, Dieu puisse élargir nos cœurs afin que nous portions du fruit autour de nous et que nous apportions la bénédiction et non le découragement, la révolte ou la colère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :