Entre les mains du vigneron

« Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. Le Père émonde le sarment afin qu’il porte plus de fruit. » (Jean 15:2)

Que veut dire émonder ? Le mot en grec est kathairos et signifie : purifier, nettoyer, enlever les impuretés, enlever les pousses inutiles, purifier par le feu, libérer des désirs corrompus du péché, de la culpabilité.

Pourquoi le Père, qui est le vigneron, émonde-t-Il seulement les sarments qui portent du fruit ? Afin quʼils en portent encore plus.

Lorsque jʼétais petite, mes parents nous emmenaient en vacances, mes frères, ma soeur et moi, toujours dans le département de L’Yonne (89) situé en Bourgogne. C’est un département où il y a beaucoup de vignes. Nos amis Marcel et sa femme Fréda en possédaient plusieurs dans la région de Chambly. Un jour, ils nous ont expliqué que sans émondage, les sarments ne produisent que de petits raisins, inutiles sans intérêt pour la production du vin.

Quel est le rôle de lʼémondage ? Ce processus de tailler soigneusement les branches individuelles de la vigne permet une meilleure récolte, car il limite la croissance démesurée du sarment, dans le but d’obtenir des raisins plus gros qui contiennent plus de jus ou de vin.

Lʼémondage se pratique après les vendanges et généralement pendant le repos de la végétation, soit à la fin de l’hiver, quand en principe les grandes gelées ne sont plus à craindre, soit au début du printemps avant que la sève monte.

Dans Jean 15:2, Jésus, qui utilise souvent des images de la nature pour expliquer les principes du Royaume de Dieu, fait allusion à un émondage dans le domaine naturel afin de nous permettre de mieux visualiser (et par conséquent comprendre) lʼémondage spirituel, son utilité et sa nécessité dans nos vies et dans l’Église.

Le sarment est naturellement uni au cep dont il fait partie, tout comme nous sommes spirituellement unis à Christ. Puisque le sarment pousse à partir du cep, cette connexion est tout à fait programmée et naturelle. Le fruit porté par le sarment ne dépend pas de sa taille mais de sa santé, d’où le besoin de rester connecté à la source de la sève, le cep. Pour nous, le fruit produit par nos vies dépend de notre communion avec Christ.

POINT D’ACTION : Permettez au Père d’émonder votre coeur et votre vie, même si vous considérez certains domaines déjà fructueux. Vous êtes destiné à porter encore plus de fruit. Décidez de rester connecté à Jésus, de demeurer en Lui.

CIBLE DE PRIERE : Prions afin de porter du fruit et que ce fruit demeure. « Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples. » (Jean 15:8)

Un commentaire sur “Entre les mains du vigneron

Ajouter un commentaire

  1. « Une des RECOMPENSES de porter du fruit est d’être émondé. » – Bill Johnson. Je pense que notre attitude serait plus saine si nous nous réjouirions (au lieu de se plaindre) quand le Seigneur émonde nos vies.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :